LES MOULINS A VENT


(texte du guide touristique de l'office du tourisme)

les moulins
(photo regussinfos)

Les deux moulins à blé du XIIe et XIIIe siècle
situés sur un promontoire,
prolongent le front sud du village.
Ils sont restaurés depuis 1996
et sont chaque année les vedettes,
le premier week end d'août, de la désormais traditionnelle
"FETE DES MOULINS."


(panneau devant les batiments
sur l'historique des moulins en Provence - photo regussinfos)

L'un a retrouvé son usage d'antan,
l'autre abrite une exposition reflétant
la vie rurale et traditionnelle
de la population Régussoise d'autrefois.


Pierre à meuler exposéee devant un moulin (photo regussinfos)


Historique complet des moulins
(texte des visites commentées de l'Office de Tourisme)

ORIGINE :
Les deux moulins, qui font la fierté de Régusse, datent du 11ème/12ème siècle. Le moulin qui est opérationnel et qui est le plus récent, a été restauré en 1995. Il avait déjà été restauré une première fois en 1640, le deuxième moulin vers 1490/1495.

Les moulins de Régusse ont été construits à la fin du 11ème siècle, jusqu'au début du 12ème siècle. En fait les moulins sont une invention qui date des temps des Farao's, environ 5000 ans avant J.C. Le système des moulins fut en suite développé dans les pays arabes du Moyen Orient.

L'idée du moulin fut ramenée par les templiers lors de leurs voyages vers la Terre Sainte. La Provence fut la première région à avoir des moulins à vent, compte tenu de la situation géographique favorable, près de la Méditerranée. Régusse appartenait aux régions où les Templiers s'établirent dans leurs "commanderies", au retour de leurs combats contre les "infidèles". Ils furent les seuls à pouvoir transporter le matériel et le mécanisme requis.

Des documents d'archives de Barjols, dont Régusse dépendait, démontrent qu"en 1811 les moulins produisaient encore 52 tonnes de farine complète par an. Puis après, ils sont restés longtemps à l'abandon, jusqu'à la restauration.

RESTAURATION :
En 1995 Régusse a fait appel à Maître Lemonnier, architecte des bâtiments de France, pour procéder à la restauration. Les murs extérieurs furent restaurés par une entreprise locale. Pour la charpente, la restauration fut exécutée par les "Compagnons de France", sur la base des anciens plans de Régusse qui datèrent de 1640 et les
plans d'un moulin semblable de St Roc à Grimaud. La réalisation pris 6 mois de travail.

Surtout pour la réalisation de la charpente ils ont essayé de respecter les essences et les provenances
des bois d'origine.

Pour la réalisation de la restauration, cinq sortes de bois furent employées :

    Le chêne : pour les poutres, la charpente, l'arbre principal, la croix de la grande roue et les couronnes. Pour l'arbre
            principal, on a utilisé le chêne de Lourdes, car il pousse très vite avec un fut important. Il branche très haut ;
            de ce fait il n'a pas de nœuds sur une grande distance;
    L'orme : pour la grande roue. Pour cause de maladie, ce bois n'existe plus en France;
    Le cormier (ou poirier sauvage): pour les lames de la "lanterne" (voir ci-après)
    Le hêtre : pour les dents de la grande roue (40 alluchons au total);
    Le cèdre rouge : pour le toit. Auparavant on utilisait du pin ou du châtaignier. Ce bois ne travaille pas et
            se patine en vieillissant. Il est souvent utilisé dans la marine.

STRUCTURES DU MOULIN :
Dans des pays avec des vents prédominants (souvent de mer) les ailes ont généralement une orientation fixe
(comme par exemple aux Pays Bas ou en Belgique.)
Le mécanisme spécifique des moulins provençaux est adapté à plusieurs et surtout à deux vents dominants :
vent d'est et le mistral (nord à nord-ouest.) Ceci nécessite un mécanisme qui permet que les ailes puissent être tournées vers le vent.

La structure de pierre des moulins provençaux est relativement standard :
6 m de haut et un diamètre intérieur de 6 m également. Le mécanisme et tout le toit pèsent 5,350 tonnes.

La structure supérieure de bois comporte une couronne fixe et une couronne mobile.
La couronne fixe est scellée avec des gouttières arrondies tous les 50 cm, avec des galets en acier
(dans le temps on employait du buis, un bois dur.)
Sur cette couronne fixe tourne une couronne mobile pourvue de rayons.
Le tout, avec le mécanisme et le toit, tient par son propre poids

L'arbre principal mesure 7 m et pèse 800 kg.
Il y a un porte-à-faux de 1m40. L'arbre porte les ailes qui pèsent 1450 kg.
Pour tenir l'équilibre et puisque le toit est simplement posé, l'arbre principal est incliné.

Au point bas de l'arbre, le palier est fermé par une butée pourvue de lamelles en cuivre.
Vers l'extérieur, le palier est ouvert. La pièce grise est un bloc de marbre qui permet un maximum d'appui
et qui évite l'échauffement.

FONCTIONNEMENT DU MOULIN :
La force motrice du moulin est évidemment le vent, qui souffle en moyenne entre 20 et 60 km/heure,
sauf durant les périodes de vents dominants (Mistral, Tramontane, etc.)

En vue du fonctionnement, les ailes doivent être orientées face au vent. Si le vent tourne d'est au mistral,
le mécanisme doit être tournée de 180 degrés. Ceci se fait manuellement. Il faut 6 personnes
durant une demi-heure pour diriger le moulin face au vent.
Pour être opérationnel, les ailes du moulin doivent être voilées.

Vu de l'intérieur, les ailes tournent dans le sens des aiguilles d'une montre.
Elles commandent la meule qui tourne en sens contraire, en rapport de 1 pour 5.
L'axe pourvu d'alluchons (dénommé le "lanterneau"), fait tourner le gros fer carré, qui repose
sur l'étrier de la meule tournante. En bas, le petit fer rond de 5 cm de diamètre, équipé d'un ergot de centrage
en haut et en bas, passe à travers la meule fixe (dite dormante) et vient se loger dans le trou borgne de l'étrier
et sur le frein de réglage en dessous.
Au-dessus, un "frein de parking" bloque les ailes lorsque le moulin ne tourne pas.

Les meules pèsent chacune 1,2 tonnes. Elles sont en "rhyolite amarante", une sorte de calcaire dur,
en provenance de Bagnols-en-fôret, où l'on extrait du porphyre rose. La meule tournante est striée en oblique.
Les stries sont larges à l'intérieur et plus étroites à l'extérieur.
Les graines sont versées par une trémie de forme pyramidale inversée. Elle peut contenir 50 kg de blé.
Elle débouche dans une goulotte suspendue, qui frappe contre la came du fer carré.
Ceci provoque le bruit spécifique du moulin en marche. La farine, résultat des graines moulues, est poussée
vers l'extérieur et tombe dans les récipients.



Pour les visiter: Juillet et août tous les dimanches et jours fériés
de 10h à 12h et de 16h à 19h.
Sur rendez vous toute l'année pour les groupes.

Renseignements à l'office du tourisme Tél. 04.94.70.19.01


Retour sur la page accueil REGUSSINFOS

ou retour sur l'onglet "Découvrir le village"

haut de la page


Voir le moulin en grand